Trip aux iles Lofoten

Jour 6 : Lac - Ramberg


1 Août

Ce qui est bien avec le vent qui renverse les tasses, c'est qu'il sèche aussi la tente ! Constat matinal.
Ce matin, on roule direction Ramberg. On y est assez vite, il y a seulement 12 kilomètres.

Ramberg est connue pour sa grande plage de sable blanc. Une personne s'y baigne. Enfin, crie en se jetant dans l'eau le temps de prendre une photo. Il ne fait pas très chaud en dehors non plus, beaucoup de vent. L'appareil photo n'a plus de batterie. On trouve un magasin de souvenirs qui sert du café à 10 NOK. On tente le coup. Normalement il fait payer 5 NOK pour l'électricité mais comme on lui prend un café c'est gratuit. On fait connaissance du propriétaire, Henrik ! On bavarde le temps que la batterie charge. Il a une soixantaine d'années, l'allure assez élancée, cheveux gris, lunettes, souriant et très amical ! C'est un ancien opérateur radio sur de gros bateaux. Il a parcouru beaucoup de pays, notamment la France dont il apprécie le bon vin ! Un personnage très sympathique. Surtout, si vous passez dans le coin, dites lui le bonjour de notre part ! Merci d'avance.
Un bout de saucisson plus tard, la batterie est chargée !

Ramberg

Il nous indique le départ de notre première randonnée. La montagne collée à Ramberg. Il nous propose même de laisser nos sacs sur la terrasse de sa maison ! C'est parti ! 1h20 de montée, quelques photos, une très belle vue au sommet ! On est à 700m, presque le toit des Lofoten. Par contre il y a un vent à décorner les bœufs. Derrière la montagne, il y a un fjord. Le vent s'engouffre dans ce couloir pour s'époumoner ici ! Le terrain n'est pas ultra stable, on fait gaffe. A la descente je ramasse quelques baies pour demander conseil à Henrik. Il sait tout .

Les petites noires, qui poussent sur des plantes à très petites feuilles en épis, sont comestibles mais non sucrées. Ils font du vin avec. Les deuxièmes, un peu plus grosses, rouges noires, qui poussent sur des plantes à petites feuilles sont aussi comestibles. Ils en font de la confiture. Cependant elles mûrissent jusqu'à septembre. On a goûté les deux. Gustativement je préfère presque les premières, sans être terrible. Mais les deuxièmes n'étant pas mûres, difficile de comparer... On a aussi goûté les Paquebières. Bof bof. Personnellement je trouve que ça a un peu le goût de moisi ! Trop mûres ?

Deuxième conseil. Vu le vent à Ramberg, on demande s'il ne connaît pas un coin tranquille où poser la tente. Avec un clin d'oeil, il nous indique un lieu secret qui devrait grandement nous plaire ! On est dans ses petits papiers ! On prend son mail au passage pour le recontacter, il a beaucoup aimé nos photos ! Je compte bien lui montrer mon « petit » travail ! Ah et puis il est tellement sympathique ! Il nous sert chaleureusement la main en nous priant de prendre soin de nous. On y trouve plus que le café le moins cher de Norvège là bas, un homme attachant.
Henrik you're a good guy. Take care of you too now. Enjoy life and people around you.
Deux trois courses au Bonpris, puis direction l'endroit secret... Wahou ! C'est trop génial ! Un abris en bois au bord de la mer ! Table, banc, brasero, mer, quiétude … Encore merci Henrik !

Je sors la canne à pêche mais pas évident de trouver un bon coin. Il y a des rochers partout. Je m'éloigne un peu. Qu'est-ce que je vois  ? Un lièvre !
Mon sang d'homo-sapiens ne fait qu'un tour ! Ni une ni deux je pose ma canne, je ramasse de quoi l'assommer et je pars en filature ! Il m'a vu ! Il s'éloigne. Tête baissée, dos courbé, jambes fléchies. Je cours en faisant le moins de bruit possible . Course poursuite pendant cinq bonnes minutes ! J'essaie de remonter sur l'extérieur pour le coincer entre moi et la mer ! Damn ! Je ne le trouve plus ! Il a disparu derrière un gros rocher au loin. Je ne l'ai pas vu partir. Je surveille. J'abandonne au bout de cinq minutes... Tant pis je vais pêcher ! C'était quand même super palpitant  !

Je trouve un coin qui me semble moins pire. Je déplie la canne et je monte la cuillère que mon oncle m'avait prêtée. Je lance... « Shlack » ! La cuillère part super bien ! L'espace d'une demi-seconde je ne comprends pas. Mon fil n'est pas tendu, mais la cuillère fait un vol magnifique ! Elle est partie toute seule .
Instant de solitude.

«I came in like a wreeecking baaaaaall
I've never been crushed so haaard
All I wanted was to briiing you fiiiish
All you ever did was ... wree-ee-eck meeeee !»



« Plouf ».

Tellement risible que je rigole tout seul ! J'avais oublié d'ouvrir le moulinet... Je me serais cru dans Hot Shots 2 dans la scène où Ramada balance toute sa canne à pèche par dessus bord ! Du même niveau !

Bon ben pour la dernière cuillère que j'avais prise avec moi je vais dans un endroit encore plus sûr... pas de rocher mais un peu d'algues. Je vais vers un bord de plage. Je fais donc mon deuxième lancer. Le vent me l'envoie en plein dans les algues avant même qu'elle n'ai atteint l'eau ! Accrochée .
Bon. Il y a des jours comme ça ! Après trois lancers deux poissons, deux lancers deux conneries. Vous noterez que je suis statistiquement meilleur en connerie !

Retour à la cabane. Endroit spécial, repas spécial. On a acheté du fromage typiquement norvégien, le Gudbrandsdalsost. A vos souhaits. C'est un genre de fromage à pâte mi-molle mi-dure. Un gros carré marron de 500g sans croûte et très pâteux ! Ça a un goût légèrement sucré, du style Apéricube. Pour le fromage on n'est pas encore battu  !

On profite du reste de la soirée pour faire quelques photos. On se réchauffe à coté du brasero avec un thé. L'eau provient du ruisseau qui coule juste devant nous, royal. Il est 00h30, on va se coucher, quasiment à la belle étoile, face à la mer.


Astuces et Conseils

Ouvrez le moulinet avant de lancer !
Pour connaître le lieu de la cabane, demandez à Henrik en lui passant le bonjour de notre part ! De la part de Julien et Xavier !