Trip aux iles Lofoten

Jour 11 : A - Bodo - Oslo - Geneve


6 ~ 7 Août

Il pleut, il pleut bergère, rentre tes blancs moutons ! Aujourd'hui la pluie ne me dérange pas tellement ! C'est le dernier jour ici alors je m'en fous . Je profite même de l'élan du réveil pour m'habiller et sortir acheter notre petit-déjeuner, les Kanelbullars. Cette fois j'en ai pris quatre, toujours aussi bon ! Avec un petit cappuccino préparé dans l'avancée de notre tente. Ce qui est bien les derniers jours, c'est que l'on peut augmenter les doses . Surplus de pâtes d'amandes, de cafés, de noisettes etc. Il n'y a plus qu'à attendre que la pluie ne cesse maintenant... Notre embarquement est à minuit, on a le temps...

La pluie s'arrête. Julien va faire la vaisselle aux WC de A. J'en profite pour faire une ou deux photos. Le bout du bout des îles est dans les nuages, c'est très joli, et ça sent l'épilogue. J'essaie de capturer l'instant. L'instant qui symbolisera la fin, la conclusion, le calme, tout ça tout ça. Après vingt bonnes minutes je crois que je tiens ma photo.

On est de retour au camping de Moskenes. La journée va être longue. On bat les cartes sur une table. Une partie ou deux de Bataille fermée, ça ne va pas nous faire tenir l'après-midi ! On descend au café en ville. On enchaîne sur une ou deux parties de petit bac. Ça va être trèèès long.
On voit au café qu'il y a un autre ferry à 21h30. On va prendre celui-là. On préfère prendre l'avant dernier plutôt que le dernier, plus sûr et moins d'attente.

Kanelbullar

On arrive à minuit à Bodo. On en a profité pour dormir une bonne heure. Maintenant on doit attendre que l'aéroport ouvre, à 4 heures. Heureusement il y avait une petite salle ouverte à la sortie du ferry. On s'y installe jusqu'à 3h30. Pour tuer le temps je vais me raser dans les WC. On ressort les cartes... Mais je suis sacrément naze.

Je confirme qu'ils ne doivent pas payer l'électricité ! Sur la route de l'aéroport certaines maisons avaient la cuisine allumée, ou une lampe de bureau, une dans le salon... D'un coté ils sont écologiques, mais ça, ça ne les dérange pas. En arrivant à l'aéroport il y avait déjà des gens qui y dormaient. Finalement il devait peut être ouvrir avant 4 heures... Ce n'est pas ce qu'on avait lu sur internet. On profite d'une banquette pour faire une petite sieste d'une demi-heure encore.

L'heure du vol arrive. Julien nous avait réservé les deux places à l'avant de l'avion. On va pouvoir étaler nos jambes. Enfin surtout Julien ! Moi je veux dire, étaler ses jambes quand on fait 1m65 c'est relatif . On s’endort aussitôt que l'avion a décollé, et on se réveille brusquement lorsque le train d'atterrissage heurte le sol à Oslo ! On avait mis les boules Quies, on a rien vu venir. Il est 10 heures. Nous avons fait un pas de plus vers la civilisation. Pour mieux se réintégrer, on fait un arrêt dans la première parfumerie que l'on croise. Arrosage du tee-shirt ! Ça remplace un bon lavage  !

Deux guerres s'engagent alors... Celle du temps, on doit attendre 16h30, et celle de l'argent, on doit manger avec le peu qu'il nous reste dans le porte monnaie. Le repas doit être assez consistant pour tenir toute la journée, mais je n'ai que 45 NOK. Je combats sur le premier front avec une bonne sieste d'une heure sur la banquette d'un café. Julien lit ou surfe sur le net. S'en suivent une ou deux parties de cartes. Ça commence à être lassant. Le temps passe très doucement. On commence la prospection pour le repas. Avec 45 NOK ça va être dur. Les salades sont à plus de 100 NOK ! Les sandwichs à environs 80 NOK. On continue de parcourir l'aéroport. On passe dans la zone Duty-Free, bonheur ! Une dégustation de M&M's  ! Un plateau géant, avec encore des genres de smarties M&M's à coté. On passe au moins 3 fois dans le plat. A chaque fois une grosse poignée ! Je commence à avoir honte  ! J'en mets de coté pour le vol, dans un sachet zippé que j'ai pris lors du contrôle des bagages à main. Ça aura bien commencé à faire passer la faim ! Sauf que pour retourner là où nous étions, nous sommes obligés de faire tout un tour et de repasser à nouveau par le contrôle... Arf.

Pour le repas du coup, le meilleur rapport quantité/prix que j'ai pu trouver c'était un hot-dog à 44 NOK. Si j'avais eu 1 NOK de plus j'aurais pu avoir une meilleure saucisse mais à deux endroits ils ont refusé de prendre la consigne sur les bouteilles en plastique vide ! Julien n'a plus de monnaie et paie par carte. Il lui reste bien 1 NOK, et moi aussi à vrai dire, mais c'est notre pièce souvenir. Le but est de ne plus avoir de mitraille au retour car les banques ne les reprennent pas pour le change. Là c'est bon de toute façon, on n'a plus rien.
Maintenant on attend à nouveau... C'est au tour de Julien de faire la sieste. On a dormi entre 2 et 4 heures jusqu'à présent. On est décalqués .
L'heure allant arriver... On va pour se diriger vers notre porte d'embarquement, sauf qu'en fait on s'aperçoit qu'on s'est trompé. C'est à l’opposé... Ce n'est pas grave on à le temps, mais surtout, pour y aller on doit repasser obligatoirement par le Duty-Free  ! L'instinct de survie étant plus fort que la honte, parce que oui c'est bien de cela dont on parle, on retape dans le plat de M&M's une dernière fois ! Ça fera pour l'avion.

On dort encore un peu dans l'avion. On arrive à Genève, et bientôt chez Julien. Confort, on arrive ! Pour dîner, ses parents nous on fait des bons steaks hachés du boucher avec un gratin de Crozets d'enfer  ! Ça fait plaisir ! Après ça, une bonne douche, un bon matelas, et une bonne nuit !

Ça y est, l'aventure est bien terminée. Nous sommes de retour. Nous avons des souvenirs pleins la tête. Ça ne pèse pas lourd apparemment, je suis revenu avec 4 kilo en moins ! Les efforts, la pluie, le vent, les pieds trempés, ça reste de bonnes anecdotes. Le corps s'en souvient, pas l'esprit. Il ne reste que du bon. Ça sera avec nostalgie qu'on reparlera de ces vacances. On aura eu droit à tout. Des cascades, un arc en ciel, des baies sauvages, du poisson frais, de la chasse au lapin, des cabanes, des paysages magnifiques, des rencontres... Aaaah... Bye bye vacances .

Grand merci Julien pour ce trip ! Je ne crois pas qu'il aurait été aussi fun si tu n'avais pas été le compère de cette aventure ! Alors merci mon pote.

Photo de la fin

Où serais-je assis lors de ma prochaine prise de note ? Bonne question.
Je dirais même plus : où serons-nous ?


Astuces et Conseils

Vous savez déjà ce que je vais dire.... Duty Freeeeee !!! Je vous souhaite de tomber sur une dégustation !